Les étiquettes de bouteille de vin possède certaines caractéristiques : les voici !

Avant de lire cet article complet, l’équipe de Librairie du Vin ne peut que vous conseiller une de nos découvertes récentes ! Si vous souhaitez acheter des rouleaux personnalisés d’étiquettes de bouteilles de vin, n’hésitez pas et dirigez vous vers Lebonprint !

Conception de l’étiquette

Certaines caves accordent une grande importance à la conception de l’étiquette alors que d’autres ne le font pas. Certaines caves n’ont pas changé le design de leur étiquette depuis plus de 60 ans, comme dans le cas du Château Simone, tandis que d’autres engagent des designers chaque année pour le changer. Les étiquettes peuvent comporter des images d’œuvres de Picasso, de Chagall et d’autres artistes, et il peut s’agir de pièces de collection. L’élégance de l’étiquette ne détermine pas la qualité du vin. Ce sont plutôt les informations contenues dans l’étiquette qui peuvent fournir aux consommateurs cette connaissance.

La plupart des consommateurs aux États-Unis, et de plus en plus les consommateurs européens, préfèrent acheter du vin avec des étiquettes de cépage et/ou des étiquettes de marque. Une étude récente sur les jeunes consommateurs de vin aux États-Unis a révélé qu’ils percevaient les étiquettes portant des noms de châteaux comme étouffantes ou démodées. Les producteurs tentent souvent de rendre la sélection et l’achat de vin faciles et non intimidants en rendant leurs étiquettes ludiques et invitantes. Le succès financier du vin des États-Unis attribué à des étiquettes au design saisissant a conduit certains producteurs européens à suivre le mouvement, comme dans le cas de la refonte de Mouton Cadet.

Différences par pays

Les systèmes de classification des vins diffèrent selon les pays. Les vins peuvent être classés par région et par zone uniquement. Par exemple, il y a 151 châteaux à Bordeaux avec « Figeac » et 22 domaines en Bourgogne avec « Corton » sur leurs étiquettes. En Bourgogne, il y a 110 appellations dans une région qui ne représente qu’un cinquième de la superficie de Bordeaux. Le système est compliqué par le fait qu’il est courant que les villages ajoutent le nom de leur vignoble le plus célèbre à celui du village.

En Espagne et au Portugal, l’authenticité du vin est garantie par un sceau sur l’étiquette ou une bande sur le bouchon sous la capsule, promulgués par l’association des viticulteurs de chaque région.

Les étiquettes de vin allemandes sont particulièrement réputées pour les détails qu’elles peuvent fournir pour déterminer la qualité et le style du vin.

Presque tous les vins du Nouveau Monde sont étiquetés par cépage et par origine géographique. Les appellations semi-génériques étaient autrefois assez courantes dans des pays comme l’Australie et les États-Unis, mais les autorités vinicoles de régions comme la Champagne n’ont pas craint d’intenter des procès contre l’utilisation de leurs noms en dehors de leur région, et les appellations semi-génériques sont en train de disparaître.

Les vins dont l’étiquette n’indique pas le nom de la cave ou du vinificateur sont qualifiés de vin « cleanskin », notamment en Australie.

Le degré d’information sur le degré de sucrosité est particulièrement incohérent, les fabricants de certains pays l’indiquant toujours de manière standardisée dans leur langue (brut, dolce, etc.), certains ne le mentionnant traditionnellement pas du tout ou y faisant référence de manière informelle et vague dans une description sur l’étiquette arrière, et pourtant les autorités de réglementation d’autres pays exigent que ces informations soient incluses (généralement sur une étiquette secondaire) même lorsque ces informations doivent être ajoutées par l’importateur. Dans certains cas de réglementations contradictoires, un vin peut, par exemple, être étiqueté « doux » par un fabricant, mais aussi « semi-sucré » (selon une loi différente) dans la traduction en langue locale sur une étiquette supplémentaire imposée par la juridiction où il est vendu.

Importance des étiquettes dans les différents types de vin

Les informations contenues dans les étiquettes sont importantes pour déterminer la qualité du vin. Par exemple, il faut accorder une grande importance aux dates de récolte lorsqu’il y a des différences de climat. Le goût et la qualité du vin peuvent varier d’une année à l’autre en fonction du climat. Il est particulièrement important de connaître le millésime lors de l’achat de vins fins, car la qualité du vin peut varier d’une année à l’autre en raison des différences climatiques. La façon la plus rapide de déterminer la qualité de l’année est d’utiliser un tableau des vins.

Les dates de millésime peuvent ne pas être importantes, par exemple, il n’y a pas de dates de millésime sur les bouteilles de sherry. En revanche, les vins peuvent avoir ou non des millésimes. Le champagne est généralement un assemblage de plus d’un an et n’est parfois vendu que comme un vin millésimé. De même, le Porto n’est vendu avec un millésime que dans les années de qualité exceptionnelle.

Informations sur les embouteilleurs et les importateurs

Une étiquette de vin peut comporter les noms du producteur, de l’embouteilleur et du commerçant. Le nom de l’embouteilleur doit toujours figurer sur l’étiquette. Le nom de l’importateur ne doit figurer sur l’étiquette que pour les pays hors du marché commun. S’il n’est pas nécessaire qu’un vin soit mis en bouteille sur son lieu d’origine, il est obligatoire de mettre en bouteille à Bordeaux et à Porto les crus classés claret et porto millésimé. De même, la mise en bouteille de l’Alsace doit se faire à l’intérieur de l’appellation. Il est donc important de rechercher des termes tels que mis en bouteille au château ou mis au domaine car ils vous indiquent que le vin est mis en bouteille au domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *