Est-il intéressant d’investir dans le vin ?

Le nombre de crus anciens de vin diminue sans cesse dans le monde. Toutefois, ces anciens crus sont fortement recherchés. Le vin n’est plus seulement un produit de consommation, c’est aussi un produit de spéculation. Le prix d’une bouteille de vin augmente sensiblement suivant son ancienneté. On en fait des rendements intéressants sur le long terme. Depuis plusieurs années, la production de vin s’est stabilisée. La consommation quant à elle augmente continuellement. Ainsi, pour diverses raisons, l’investissement dans le vin est bien rémunérateur et moins risquant.

Investir dans un Groupement Foncier Viticole (GFV) constitue une opportunité de placement. Il permet de posséder indirectement un ou plusieurs vignobles. L’avantage réside dans les loyers ou les bouteilles de vin perçus, calculés au prorata du montant investi. Vous pouvez acheter des bouteilles de vin supplémentaires sous un tarif avantageux réservé aux propriétaires. L’État français a adopté en effet une politique fiscale en faveur des actionnaires des groupements fonciers viticoles.

Quel risque pour un investissement dans le vin ?

La rentabilité dépend du loyer versé par le viticulteur exploitant le domaine. Ce loyer est calculé en tenant compte du cours officiel des fermages. Le rendement est plus intéressant que celui d’une assurance-vie, mais plus faible que celui d’un placement plus offensif. Le rendement des parts de GFV est entre 2 et 3 % chaque année. Les GFV sont agréés par l’autorité des marchés financiers. Le risque est limité et les revenus sont stables, encadrés et prévus par un bail à long terme d’au moins 18 ans. En effet, un GFV est une société civile constituée d’un nombre limité d’associés dont l’objectif est d’avoir une parcelle viticole et d’en confier la gestion à un viticulteur professionnel, à travers un bail à long terme d’au moins 18 ans. Ce rendement n’est pas impacté par les variations météorologiques.

La fiscalité des revenus

Vous pouvez profiter soit du régime du micro foncier soit du régime réel. Après avoir choisi le régime réel, un retour vers le régime du micro foncier ne sera possible qu’après trois ans. Les revenus sont considérés comme fonciers. Le régime micro foncier n’est possible que pour des revenus annuels ne dépassant pas 15 000 €. Dans ce même cas, en cas de revente, vous pouvez bénéficier d’une exonération totale d’impôt pendant 30 ans. Autrement, c’est-à-dire que s’il présente un revenu supérieur à 15 000 €, vous bénéficiez au moins d’un abattement progressif sur le montant de la plus-value. Ce montant est déclaré en fonction du nombre de temps en année de détention. Ce régime permet de ne déclarer que 70 % des frais annuels reçus. Le régime réel permet quant à lui de déduire les charges liées aux frais de gestion, aux impôts fonciers et en cas d’investissement à crédit, aux intérêts annuels. En cas de décès, les parts sont envoyées aux héritiers. Ceux-ci deviennent aussitôt les nouveaux associés du GFV. Il est possible d’anticiper de son vivant cette transmission de ses parts à ses héritiers.

L’investissement dans le vin est sans doute avantageux, surtout pour les amateurs de vin. Vous pouvez en tirer non seulement un rendement pas moindre, mais aussi une réduction fiscale et une diversification patrimoniale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *